Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 17:59

Voici, pour les amateurs, un  poème particulier pour moi. Un poète que vous ne connaissez pas, et que vous ne trouverez pas, même chez les plus habiles fournisseurs. Fidèle à une réalité, je les ai vues ces files d'autocar, 5 h, 13 h, 21 h, les 3x8. Dans les années soixante, devant chez Masurel, Caulliez-Delahoutre, P.J.T. (Paul & Jean Tiberghien) et consorts ..... mon terroir du labeur.

Un ami très cher et proche, Jean-Pierre, pour qui nous nous étions cotisés, pour qu'il puisse publier, son petit livre de 96 pages;

à l'époque de nos (presque) trente ans. Ce petit livre rare à bien des égards, que j'ai trinqueballé dans mes pérégrinations.

De temps en temps, je l' ouvre et il me fait du bien, en dépit de sa mélancolie, il est aussi plein de tendresse cachée.

  Troublante et forte sensation, quand on s'est parlé au téléphone l'autre jour, tellement sa voix était pareille, tellement le lien s'est renoué, flash, tout de suite, comme si on s' était quitté l'avant veille.

Et ne pas croire que la "navette" c'est l'autocar  ~(;o))))

Voilà à quoi ressemble une navette de métier à tisser (1 AR sur 140 de large(ou +) en 1 seconde)

Hé  non, .... on n'est pas à Courchevel ni à Gstaaaaad .... la chanson est moins douce ..

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/48/V%C3%A4v%2C_Skyttlar.jpg

 

 

La chanson des navettes .      Poème de J.P. S.

Entendez-vous ce bruit ,
Qui transperce la nuit ?
C'est l'autocar des mines,
Rutilante chenille,
Qui amène ses filles
Travailler en usine.
 
Elles ne sont pas bien vieilles
Ces petites  abeilles
Qui se lèvent chaque jour,
Bien avant que l' aurore
Ne projettent son or,
Sur routes et faubourgs.

Qui montent et qui s' asseyent
La tête pleine de sommeil,
Pour rouler bien des heures
Vers ses lointaines villes
De l'industrie textile,
Qui consume les fleurs.

Certaines sont jolies
Qui rêvent et qui sourient,
A un autre univers
Les mettant hors d'atteinte,
Des éternelles contraintes
De ce monde à l' envers.

D'autres tout au contraire,
De leurs yeux grands ouverts,
Regardent leur destin
Et voient danser les fils,
Entre leurs doigts agiles,
Jusqu' au dernier matin.

Car dans les ateliers
Où rythment les métiers,
La chanson des navettes
Monologuant la vie,
Du lundi au samedi,
N' est pas air de goguette.

Filles qui m'entendez,
Puissiez-vous m' écouter,
Saviez-vous bien la peine
Qu' éprouve des gamines ,
Afin que s'illuminent,
Mille et un bouts de laine ?

Saviez-vous bien la peine
Qui traverse la plaine ?
Combien de petits jours
Noyant les illusions ?
Combien de soumission,
Pour un de vos atours ?



Partager cet article

Repost 0
Published by Le vilain petit canard 66 - dans Poésie.
commenter cet article

commentaires

Bibou 21/02/2012 22:40


Big lolllllll pudeur c'était pour le téléphone :))


Mazette 1270 km, effectivement cela fait un bout. Un peu éloigné pour un petit apéro :))


La solution, moitié/moitié, et tout de suite.... Où les vacances selon où il réside...


Vous pouvez même vous faire un week-end (location gite) et vous vous retrouvez tous...


Tu vois que des solutions :)))


Allez j'arrête de te tenter, mais perso j'adore  rêver...

Le vilain petit canard 66 21/02/2012 22:57



Je vais sûrement y aller au printemps, mais pour le reste de la bande oulà, j'ai l'impression qu'ils se sont dispersés aux six coins de l' hexagone . Pour les vacances, je dois être le seul du
département à aller les passer, dans le Pas de Calais et à Lille-Roubaix-Tourcoing, et c'est un total dépaysement .... et je suis aussi content de rentrer



Bibou 21/02/2012 18:14


Pudeur ? Et une rencontre n'y songes-tu pas ?

Le vilain petit canard 66 21/02/2012 20:53



Non, non c'est pas la pudeur, c'est plutôt les 1270 km de distance ... .....



Bibou 21/02/2012 17:10


Voilà une très belle amitié, et comme toutes les amitiés sincères, elle se rit du temps qui passe...


J'adore la poésie.


Vous avez fait belle oeuvre que de vous cotiser pour ce recueil si plein de lui, de vous, de votre vie.


Mes compliments à ton ami.


Belle fin de journée.


Bisous.

Le vilain petit canard 66 21/02/2012 17:48



Je ne l'ai pas revu depuis cette joyeuse époque, on s' est seulement parlé au téléphone, et le téléphone ... c'est bizarre, je suis pas forcément à l' aise avec ..; c' est contradictoire, c' est
bien pourtant, pratique et tout, mais des fois ça coince ...



Bibou 21/02/2012 11:57


Bonjour VPC,


Hors sujet, j'espère que tu ne m'en tiendras pas rigueur, mais ne pouvant plus commenter sur les fameux articles...


J'ai failli te l'envoyer en privé, mais je ne trouvais pas honnête que tous ne lisent mon com.


Deux, trois petites choses qui m'ont tout de même frappées. La première "la lèche" (quel vilain mot pour désigner la convivialité, le partage...)
Ensuite, si certains "produisaient" trop il suffisait soit de leur en parler, soit plus radical de les enlever du groupe non ?



Personnellement, n'allant pas sur la une du groupe, mais sur chaque blog (dont j'ai les liens dans mes favoris) ou par le biais des alertes, je n'ai rein vu.



Mais revenons à la lèche : je ne puis m'empêcher tout de même de dire que sur le post aussi, il y avait, comment dis-tu ? Enfin de la "lèche", à en croire certains. Mais en principe on ne vient
pas sur un post ami, (qui fait un billet surtout pour partager) pour l'agresser "gratuitement", si tu cherches de la polémique il faut faire un billet polémique, un billet qui appelle des
arguments pour/contre... un billet qui appelle à débat.

Autant que je me souvienne quand mamiza faisait ses articles "musiques, films" elle ne s'attendait pas à créer la polémique. Me trompé-je ? Elle était au contraire sacrément ravie que tous
apprécient ses choix, que nous prenions tous du plaisir à venir chez elle, ou chez un autre du groupe. Du partage encore et encore.

Il fut un temps où tous nous avions grand plaisir à nous retrouver sur les groupe musique... au bistrot de marie-cerise...
Alors je ne vois pas en quoi le fait de venir faire un coucou à un ancien-posteur est de la lèche. Surtout sur un billet humoristique, ou musique...

Mais bon chacun voit ça de son côté de la lorgnette et la mienne elle est plutôt amicale.
Maintenant si mamiza a envie de mettre son "grain de sel" comme elle dit, qui l'en empêche ? Pas les articles qui manquent sur le net.

Je constate également qu'il arrive exactement comme sur le post lors de la création de groupes, au début tout feu, tout flamme, excitation, joie... puis au fur et à mesure, cela se dégrade.


Et tout comme sur le post, ceux qui ne commentaient jamais ont forcément le mot de la fin, la fine analyse de la situation...


Bref les conseillers ne sont pas les payeurs c'est ce que l'on dit non ?

Tu pourras effacer mais je trouve très dommage que tu jettes l'éponge ainsi et surtout en essayant de rejeter la faute sur les uns les autres.

Je suis la première à dire que ton entreprise n'était pas aisée, un grand mérite (non je ne fais pas de la lèche, un simple constat) le post s'y est cassé le nez, le "plus" peine... ensuite tout
le monde n'a pas forcément les mêmes envies, les mêmes talents. Chacun ne cherche pas la même chose, chacun a sa sensibilité.
Et si certains produisent "trop", il te suffit de le leur dire en privé, et puis il fallait aussi mettre les règles au fur et à mesure.


Je trouve bien dommage qu'une action partie d'un bon geste finisse en règlement de compte. Qu'une fois de plus les non-dits l'emportent.

Encore une chose, personnellement quand je vais sur un blog c'est avant tout pour le BLOGUEUR que je viens, car en règle générale je ne vais que chez ceux que j'aime, donc pour effectivement les
civilités, mais aussi la cordialité, le partage, le plaisir tout simplement.
Les polémiques il y en a bien assez sans en plus aller en chercher d'autres, que mon avis.  Mais là encore je ne juge pas.

Bien dommage.


P.S. pour tous ceux qui continuent de pleurer le post, il reste le "Plus" certes peu de visibilité, mais qu'à cela ne tienne, celui qui fait un article envoie une alerte à tous son carnet
d'adresses (exactement comme les blogs) et ainsi du mouvement, des commentaires et qui sait une meilleure visibilité certainement.


Très belle journée et très belle continuation. En espérant que les esprits s'apaisent.


Re P.S. j'en oublie de parler de ton article, désolée.


Je reviendrai.


 

Le vilain petit canard 66 21/02/2012 16:41



Encore un fois ce que tu appelles "la léche" et que moi j'appelle des visites entres posteurs, ça  ne m'a jamais dérangé et je n'ai jamais critiqué ou méprisé ce genre de relations.je crois
me souvenir que je l'ai pratiqué aussi ...


Je suis déjà passé à autre-chose et aimerait qu'on ne revienne plus sur ce sujet, c'est d'ailleurs pour cette raison que j' avais fermé les commentaires sur les deux articles concernés.


Mon esprit est totalement apaisé, surtout depuis que Jes 68 a relancé ce groupe.


Donc à + j'espère sur d'autres sujets ...



ALEA JACTA EST 20/02/2012 14:17


Bonjour VPC


Pour compléter ta réponse, sache que la mémoire sidérurgique du Valenciennois a disparu.Les Haut-fourneaux de Trith Saint-Léger ont été démontés ainsi que les convertisseurs d' acier.Le soir ,
les volutes orangées des convertisseurs produisaient des espèces de faux-coucher de soleil resplendissants qui n' existent plus que dans la mémoire de ceux qui les ont vus jusqu' à la fin
des années 70.


En ce qui concerne mon père, qui a fait 15 ans d' abattage à Arenberg, il est sorti de la mine en 73, sur les conseils de son médecin, quand son pourcentage de silicose avait atteint un
niveau dangereux.Il s' est reconverti en chauffeur routier et a été intoxiqué( sans le savoir) par l' amiante car il transportait, entre autres, les fameuses plaques d' eternit
hypertoxiques.Ironie du sort: il a quitté la mine pour préserver ses poumons et, finalement, c' est l' amiante qui lui tendra un piège mortel qui l' emportera en 2007...Ça s' invente pas des
histoires pareilles !! L'amiante est une bombe à retardement qui déclenche un cancer des poumons bien des années après une exposition...plus le temps passe et plus le risque s' élève
contrairement à ce que croient les gens.


L' un de mes regrets, c' est que je n'ai jamais pu visiter la mine de notre enfance.Le chevalet se dresse toujours là, imposant et définitivement mystérieux, me rappelant l' histoire de mon père
, petit paysan calabrais débarqué à 14 ans et venu  chercher fortune dans le terres de Flandres..Pour lui et ses copains, c' était LEUR MINE , et ils en étaient très fiers.


Bonne fin de journée...AJE

Le vilain petit canard 66 20/02/2012 17:05



Je crois que tu as tout résumé en disant que c'était leur mine un peu comme les marins avec leur châlutier, ( ou autres bâtiments ...) Je crois qu'il y a des visites pour les
installations de surface et ailleurs peut-être visiter d' anciennes galeries ré-aménagées, (mais pas aussi profond que - 600 m), il doit bien en rester quelques-unes ?



ALEA JACTA EST 19/02/2012 22:00


Bonsoir VPC,


Je suis né à wallers-Arenberg( le village du film Germinal) où mon père était mineur de fond.Ma mère avant de se marier travaillait dans les industries textiles de la ville de Roubaix( à 50
km de chez nous).


Cet autocar de la nuit, je ne l' ai jamais entendu, mais ma mère m' en avait souvent parlé...Ce que j' entendais dans la nuit ,c' était la respiration de la mine marquée par
les battements sourds des compresseurs qui envoyaient l' air au fond des galeries...comme un deuxième coeur qui vous accompagne et dont les pulsations profondes semblent surgir des
tréfonds de la terre...


Bonne nuit VPC et merci pour ce très beau poème...AJE

Le vilain petit canard 66 20/02/2012 08:55



Ben ça alors, le retour du réel à travers la poésie ... c'est certain que ce genre de texte "doit te parler", comme on dit maintenant. C'est assez triste de voir que toute cette mémoire ouvrière,
on tente de la rayer de la carte, un trou de mémoire énorme et collectif, comme cette expression assez ridicule, "tu vas pas nous faire du Zola", comme si cet auteur remarquable avait donné dans
le "pathos", en exagérant la réalité.


Je suis allé lire la rubrique Fosse Arenberg sur wiki, incroyable, on y apprend qu' en 1986, des travaux d' agrandissement sont encore faits, pour approfondir à 670 m, pour atteindre une réserve
de 2 millions de tonnes et que la machine (tunnelier) était un test, pour mettre au point le tunnelier qui a creusé le tunnel sous la Manche .... et qu'on a sorti des ces seuls puits 31 845 000 tonnes de charbon, depuis 1900 .... combien de morts, de malades à vie, et surtout combien de litres de sueur et de kw d'énergie ?


Depuis 2010 c'est classé "monument historique" quand même on l' échappé belle ...








 



Mary Blue 19/02/2012 14:40


Salut la foule ,


@M.Cerise, à B'sac, la campagne était toute proche aussi ,  la filature "Rhodiaceta" employait moult paysans éleveurs de Montbéliardes ou 
viticulteurs/vignerons des Coteaux du Jura distants de quelques kms qui arrondissaient ainsi leurs revenus insuffisants,  l'usine fût démontée entièrement et délocalisée en
Thaïlande....


@M'sieur le Duck


"Aaaaah je garderais stakhanovitches, sans vouloir vous tyranniser .... tsarinévitche "


 Aaaaah que vous être maître en votre isba Lvpc
! MB

Le vilain petit canard 66 19/02/2012 19:11



Votre Sire est trop bonne, les patron du Nord, ont "vu v'nir", les reconversions ont commencé dès le début des années 60, (alimentaire, Vpc, (-hihihi-) tertiaire- etc ..) Auchan c' est 1961, dans
une ancienne usine Phildar, 600 m², à Roubaix, boulevards extérieurs, en 1967, un second magasin, et là on passe à 3.500m² (hop-là), sur le cadastre de Roncq, mais à la "frontière" avec
Tourcoing, (éh oui,  moins de taxes locales, terrains + grands et moins chers, accés autoroute, pour la clientèle belge, dévalisant les rayons vins et fromages .... fallait voir les
chariottes ..), et d'après ce que je sais, ils se sont largement auto-financés, sans faire appel aux banques, .... 1961, on "engrange" pendant 6 ans, et avé le "pécule", on ouvre le
deuxième,  faut voir où ils en sont maintenant .... ils sont même dans le secteur bancaire ...



janice 19/02/2012 11:20


Très beau poème qui nous ramène à ces métiers d'antan...


Les métiers ont disparu, mais les poèmes restent ;)


Bizz bon dimanche

Le vilain petit canard 66 19/02/2012 14:06



Hélas, je sais que ma mère, jeune fille était piqurière, et je vais être obligé d'aller sur wiki ou ailleurs pour savoir à quoi ça correspond exactement .... je crois me souvenir vaguement de
réparation de défauts, ou de malfaçons dans les pièces de tissus. Et ces métiers sont partis en Inde*, avec les machines, soldées dans les années 50/60. Et dans les locaux vides, par exemple, Les
Fils de Louis Mulliez (S.A.), ont ouvert leur premier Auchan à Roubaix (quartier des Hauts-Champs) en fait le vrai nom c'était S.A.M.U. société anonyme des magasins usines, ça fait moins
champêtre, d'un seul coup ;o))))



MaryBlue 19/02/2012 10:36


oups :" stakhanoviste,sorry


Tsssss ! @+ MB

Le vilain petit canard 66 19/02/2012 13:46



Aaaaah je garderais stakhanovitches, sans vouloir vous tyranniser, .... tsarinévitche !



marie-cerise 19/02/2012 10:23


C'est marrant à lire le poéme et vos coms ( toi , le Ch'ti , MB...) je réalise que mon paysage à moi ne compte guére d'usines et d'ouvriers ...pour moi c'était les joies et les peines des paysans
et plein de souvenirs ....des choses qui me font encore "vibrer" ...comme quoi , nous portons tous , où que nous soyons partis , la terre de chez nous collée à nos semelles !!!


   Et le plaisir des beaux mots partagés.....


    Bon dimanche à toi !

Le vilain petit canard 66 19/02/2012 13:39



Heureusement il y avait beaucoup de campagne autour, et au sein même des grandes villes du Nord-Pas-de-Calais, jardins publics en plein centre-ville et même chevaux de trait, pour certaines
livraisons. Ajouter à celà, la colombophilie et l' horticulture omniprésente encore aujourd'hui. Une sorte de lutte acharnée, contre la grisaille, certainement. le dimanche a bien commencé, sur
la semelle des chapeaux de roux pardon ... de roues.


Plein les mirettes (avé l' assent du terroir d' en haut, pur chuque !)


http://www.dailymotion.com/video/xmn5f5_tourcoing-le-jardin-botanique_newsundefined



Mary Blue 18/02/2012 20:31


Hello


 @le ch'timi, contente de croiser,


 t'ing  ! je sais pas ou tu as trouvé ce texte mais il est tellement   beau , si  bien écrit ,une petite merveille,  je
suis bouche bée  d'admiration, une ou un  blogueur(se) de ta connaissance ? je supposerais une femme...? un vrai talent , j'admire , bravo  


Bonne soirée messieurs @+MB


PS ah que   plus je lis ce genre de texte et d'autres et moins j'ai envie de  publier, ça compense avec les "stakhanovitches
,  


 

Le vilain petit canard 66 19/02/2012 12:50



Pour le texte du flamand maritime, voui, voui, il y a deux Flandres, d'ailleurs la langue d' origine emploie Vlanderen (le V se prononce F à la germaine). La Flandre maritime et la Flandre
intérieure.


Pour ce texte cité, j' hésitais entre Balzac et Zola (pour le côté documentariste) et puis je me suis rabattu sur Maxence Van Der Meersche, grand écrivain, aujourd'hui tombé dans l'oubli. L'
écrivain des petites gens, des "modestes". et quand même prix Goncourt en 1936, oui 36 ;o)) et de l'Académie Française, en 43 (on rigolait moins) .... et stakhanovitches sonne bien, un peu comme
tsarévitche, très slâââve quôôââ ....



le ch'timi 18/02/2012 19:04


Bonsoir Vpc,


Aux points d’illusion, elle coud l’envers de la toile. Les doigts fins et agiles tirent les brins écrus. Le drap neuf s’allonge devant elle, un long fruit d’heures de travail. Son corps
accompagne en silence le maniement de l’aiguille. La cotonnade épingle son histoire invisible sans ourdir, sans tramer. Ce serait un foulard léger voletantautour de ses épaules. Chaque jour,
l’assemblage des brins bobinent une nouveauté. Le fuseau dévide son fil d’espoir. A ses pieds, un écheveau bien ordonné, celui de ses jeunes années. Il n’est pas encore l’heure de renvider les
mots, de froisser son visage à chaque passage de la navette, de créper la filasse pour cacher la bure grise de son corps vieilli. Il n’est pas venu le temps d’entoiler, d’apprêter le tissu masqué
des félures. Pour l’instant, avec doigté, elle compte les fils de la frange . Dans l’armoire, sur le drap de mariage, s’ajoute celui du baptême


Laterreentière..


J'ai vu que les ex-posteurs...avaient la frénésie de créer des blogs ( dont nous fûmes les précursseurs )...Mais, j'arrive plus à les suivre..Il y en a qui mettent en ligne 1  fois par
jour...et ne sont pas lus...tout juste pour dire coucou..bisous.etc..


 


amitiés


Patrick

Le vilain petit canard 66 18/02/2012 19:49



Tiens voilà un écho, qui me fait sourire, c'est souvent comme ça pour les (précurseurs) près-cure-soeurs, quoi les nonnes batiffolent dans les pâtures, et il y a soeur-sourire ( eule  copine
à déhéchekaa et ch'cat là ,  ch' est un sacré mahou)


et le texte texe-t-il, c'est Maxence V D Meersch ?



Mary Blue 18/02/2012 15:00


 J'avais bien compris pour la "chanson des navettes ", c'était ce que je voulais exprimer , les ateliers de montages de montres c'était plus
calme, juste le ronronnement des machines à coudre pour les  bracelets "cuirs" . A "Besac" y'avait aussi une filature , de fils synthétiques, le bruit y était assourdissant et
la chaleur extrème, comme dans beaucoup d'usines , dans la dernière que j'ai fréquentée les casques pour atténuer les nuisances sonores  étaient devenus obligatoires .
@+ MB


 

Le vilain petit canard 66 18/02/2012 15:15



AaaaH Beuzac, la seule fois ou j'ai entendu dire ça, comme ça ... c'était en 67/68 j'étais allé à Béthoncourt, à côté de Montbéliard, visiter une copine, (MC mdr) .... qui avait quitté Tourcoing
quelques mois auparavant ...



MaryBlue 18/02/2012 01:26


 Hello Lvpc,


très émouvant poême ,  j'aime les mots écris  par ton ami , plein d e délicatesse   ils nous  
parlent   de la vie difficile du milieu ouvrier ,  d'un monde qui a disparu , il faut en garder le souvenir .


En Franche- Comté  à la même époque  les bus menaient la main d'oeuvre féminine aux usines d'horlogerie , pas de chanson de
 navette ,  des  ressorts ,  aiguilles ou remontoirs ....et autres verres de montres .


Merci du partage  MB 

Le vilain petit canard 66 18/02/2012 10:10



En plus, un autre pote les a mis en musique, et même enregistré sur un 45 tours 4 titres. mais c'est introuvable. A l'époque, des M.J.C., le Jean-Pierre, déclamait ses textes, et en 2éme partie,
c'était les chansons de Michel, entourés d'une joyeuse bande. Et j' ai encore un paquet de textes, dont certains bien corrosifs .... et d' autres super romantiques


Et la "chanson" des navettes, tu peux imaginer le bruit de 50 ou 100 métiers à tisser, ça ressemble plutôt à un chantier de travaux publics, ça y est j'exagère, mais il y a des décibels.



Qu'est-Ce Donc ?

  • : Le Vilain Petit Canard 66.
  • Le Vilain Petit Canard 66.
  • : Peintures, dessins et autres travaux. Des photos de mon coin (Cerdagne et Pyrénées Orientales). Et, quelques textes ... parfois.
  • Contact

Qui-Je ?

  • Le vilain petit canard 66
  • Je m'intéresse à des tas de sujets différents, en essayant de les aborder de manière radicale, pas dans le sens actuel, teinté d' extrêmisme, mais dans le sens premier, etymologique : en allant à la racine. Et dans la joie et labonne humeur ~(
  • Je m'intéresse à des tas de sujets différents, en essayant de les aborder de manière radicale, pas dans le sens actuel, teinté d' extrêmisme, mais dans le sens premier, etymologique : en allant à la racine. Et dans la joie et labonne humeur ~(

Autres Pages